Pour sa première visite à Toulouse, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education nationale a défendu sa mesure phare pour lutter contre l’échec scolaire : le dédoublement des CP.

À Toulouse, où l’expérimentation a commencé pour 66 classes de CP dont 18 écoles REP + à la rentrée de septembre, le bilan semble prometteur. «Ce que l’on constate, ce sont des progrès importants, s’est félicité Jean-Michel Blanquer. Une capacité à entrer dans la lecture, l’écriture, le calcul plus tôt dans l’année que d’habitude et une possibilité pour les professeurs de se concentrer sur chaque élève.»

Le Ministre de l’Education nationale, aussi ancien directeur de l’ESSEC, a visité l’école élémentaire Daniel Faucher, située en REP+ (réseaux d’éducation prioritaire renforcés), où il visitait deux classes de CP dédoublées. En France c’est plus de 2500 « nouvelles classes » de CP en REP +  créées à la dernière rentrée pour lutter contre l’échec scolaire.

Un conseil scientifique de l’éducation nationale

Jean-Michel Blanquer est arrivé en fin de matinée au 6e salon Futurapolis qui s’est tenu au Quai des Savoirs, à Toulouse ce vendredi 24 novembre 2017. Il a effectué une intervention où il s’est attaché à déminer les «discours défaitistes, pessimistes, et communautaristes». Le ministre de l’Éducation nationale a aussi annoncé la création d’un conseil scientifique de l’Éducation nationale.

« Ce n’est pas toujours qu’une question de moyens, souligne le ministre. C’est aussi une question de qualité. Ce conseil doit nous permettre d’avoir une approche pédagogique toujours plus pertinente, toujours plus performante, au service de nos élèves ». Ce conseil, qui aura un pouvoir consultatif, sera composé de personnes reconnues travaillant dans différentes disciplines scientifiques.

« Il sera saisi sur tous les sujets, comme l’intelligence artificielle, afin d’apporter des éclairages pertinents. Je souhaite que ce conseil travaille dans un esprit d’avant-garde qui échappe aux opinions simplistes en matière d’éducation », explique Jean-Michel Blanquer. Le principe du fonctionnement de ce conseil sera explicité dans les prochains jours, tout comme la liste des personnes le composant. La direction de ce conseil scientifique sera confiée à l’un des neuroscientifiques les plus réputés dans le monde, Stanislas Dehaene. Professeur au Collège de France, ce dernier est convaincu que « nous ne pouvons pas enseigner convenablement » sans comprendre « ce qui se passe dans la tête de l’enfant ».
Les domaines de recherche de ce psychologue cognitiviste de 52 ans, directeur de l’unité de neuro-imagerie cognitive, sont vastes : il a notamment travaillé sur les bases cérébrales de l’arithmétique, de la numération, de la lecture et de la conscience.

Ce conseil sera officialisé début janvier 2018. « Il pourra être saisi par le ministère sur tous les sujets ayant trait aux politiques publiques. Comme ? L’intelligence artificielle par exemple. On veut travailler dans un esprit d’avant-garde. Notre ambition est que la France redevienne une référence mondiale sur le plan scolaire « , a déclaré Jean-Michel Blanquer.

Partagez :