Question soumise le 22 mai 2018

M. Sébastien Nadot attire l’attention de Mme la ministre du travail sur la situation à Pôle emploi. Pendant les dix dernières années, la France a subi une grave crise économique et sociale avec pour conséquence une augmentation croissante du taux de chômage. Face à cette dure réalité, les 54 000 agents de Pôle emploi ne ménagent pas leurs efforts. Né de la fusion en 2009 de l’ANPE et des ASSEDIC, Pôle emploi assure des missions essentielles dans la lutte contre le chômage et la précarité : accueillir, indemniser, conseiller, accompagner les usagers (entreprises comme personnes privées d’emploi) dans leurs recrutements comme dans leurs transitions professionnelles. En première ligne pour répondre aux différents plans gouvernementaux (plan 100 000 formations, plan 500 000 formations), Pôle emploi et ses agents sont de nouveaux sollicités par le Gouvernement pour la réussite du Conseil en évolution professionnelle (CEP), du Parcours emploi compétences (PEC), du Plan d’investissement dans les compétences (PIC). Dans ce contexte, l’annonce par le directeur général de Pôle emploi d’un probable plan de suppression de 4 000 postes sur trois ans (après 297 postes pour l’année 2018) suscite une certaine incompréhension, voire de vraies inquiétudes sur la pérennité du service public de l’emploi. Il lui demande quel message elle entend délivrer (aux milliers d’agents qui chaque jour s’investissent pour faire diminuer la courbe du chômage et luttent contre la précarité qui touche nombre de personnes dans l’emploi) sur l’avenir accordé à Pôle emploi, ses missions, ses agents et si elle confirme les 4 000 suppressions de postes sur trois ans.

Partagez :