En février 2019, j’avais été auditionné par la commission des affaires étrangères de l’Assemblee nationale Italienne sur les exportations d’armes et leurs conséquences sur le conflit au Yémen. 

Quel satisfaction de voir aujourd’hui cette décision du Parlement italien qui suspend une bonne partie des exportations d’armes vers l’Arabie saoudite.

Quel regret que la France ne soit même pas capable de mettre en débat cette question essentielle à l’agenda de l’assemblée nationale.

Nul n’est prophète en son pays ?

YEMEN – Rome, le 26 juin – « Feu vert de l’assemblée nationale à la suspension de livraisons de bombes et de missiles aux pays concernés dans le conflit au Yémen ».

C’est un grand succès, affirme Lia Kartapelle, l’une des députées de la commission des affaires étrangères italienne en charge du dossier. « Avec ce vote, nous avons montré que la politique étrangère n’est pas seulement la protection d’intérêts mercantiles mais aussi une réflexion et l’affirmation de valeurs. Aujourd’hui, la politique étrangère italienne est plus attentive aux droits de l’homme et plus proche de ceux qui construisent la paix ». L’Italie s’ajoute aux neuf États européens, dont l’Allemagne et le Royaume-Uni, qui ont déjà voté pour de telles initiatives. Le M5 stelle et Ligue du Nord auraient pu faire plus en suspendant toutes les fournitures d’armes mais un grand pas en avant a été fait. « Nous continuerons de travailler avec tous nos partenaires européens parce que la suspension est nécessaire pour tous les systèmes d’armes et de la part de tous les pays d’Europe », affirme la députée Kartapelle. 

Message reçu.

Partagez :