Cette semaine les députés examinent le projet de loi pour une école de la confiance. A ce titre Sébastien Nadot, député de Haute-Garonne, estime que: « le Président de séance (M. Le Fur) ne donne la parole qu’à ses amis (de son parti et du Rassemblement national), ça donne un débat rance, sans confrontation des idées. Plus grave : ça montre que l’antiparlementarisme n’est pas que dans la rue, il est aussi dans l’hémicycle. »

A titre d’information l’article 58.1 du règlement de l’AN énonce :

« Les rappels au Règlement, les demandes de parole pour fait personnel et celles qui touchent au déroulement de la séance ont toujours priorité sur la question principale ; ils en suspendent la discussion. La parole est accordée à tout député qui la demande à cet effet soit sur-le-champ, soit, si un orateur a la parole, à la fin de son intervention. »

Partagez :