Une révision du délit de solidarité qui ne va pas jusqu’au bout

Une révision du délit de solidarité qui ne va pas jusqu’au bout

Lutter contre tout ceux qui exploitent la misère humaine, cela va de soi. La répression pénale en la matière doit être intransigeante vis-à-vis des passeurs de migrants. Ceux qui font commerce des difficultés des autres. En revanche, il n’est pas acceptable qu’un pays comme le nôtre permette que soient interpellés, voire condamnés, des concitoyens qui apportent une aide désintéressée à des migrants qui se trouvent sur le territoire et sont dans une situation de grande détresse

Partagez :
Parce que la fraternité a valeur constitutionnelle, il faut abolir le « délit de solidarité »

Parce que la fraternité a valeur constitutionnelle, il faut abolir le « délit de solidarité »

Le changement intervenu entre la première lecture et cette nouvelle lecture du texte, à savoir la décision du Conseil Constitutionnel (CC) du 6 juillet 2018 n’a pas permis de supprimer complètement le délit de solidarité. Le CC, qui s’appuie sur la devise de la République : liberté, égalité, fraternité, ainsi que sur le préambule et l’article 72-3 de la Constitution, qui rappellent l’idéal commun de liberté, d’égalité et de fraternité, est très clair : la fraternité est un principe à valeur constitutionnelle

Partagez :
« Le cas d’Alexandre Benalla parle de la crise de tout le système politique français » a déclaré Sebastian Nadot à Izvestia.

« Le cas d’Alexandre Benalla parle de la crise de tout le système politique français » a déclaré Sebastian Nadot à Izvestia.

« L’affaire Benalla » a remis en question l’indépendance du pouvoir judiciaire en France. L’incident avec le conseiller à la sécurité d’Emmanuel Macron, Alexander Benalla, pourrait entraîner des réarrangements au sein du gouvernement français déclare Sébastien Nadot, un membre de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée Nationale de France, membre du parti au pouvoir La République En Marche!

Partagez :
Le député Sébastien Nadot a défendu l’inscription des mots d’Albert Camus dans le Préambule de la Constitution afin de donner enfin un signal positif aux minorités de notre pays

Le député Sébastien Nadot a défendu l’inscription des mots d’Albert Camus dans le Préambule de la Constitution afin de donner enfin un signal positif aux minorités de notre pays

Le député Sébastien Nadot a défendu l’inscription des mots d’Albert Camus dans le Préambule de la Constitution afin de donner enfin un signal positif aux minorités de notre pays… Il n’a pas été entendu. Le combat continue.

Partagez :
Discours du Président de la République – Hommage solennel de la nation à Simone Veil

Discours du Président de la République – Hommage solennel de la nation à Simone Veil

Paris – dimanche 1er juillet 2018
Le 5 juillet dernier, lorsque j’ai annoncé, à l’issue de l’hommage qui lui était rendu dans la Cour des Invalides, que Simone VEIL reposerait au Panthéon au côté de son époux, cette décision ne fut pas seulement la mienne.

Partagez :