Assemblée Nationale

Ici toute l'actualité en lien avec la vie du député à l'Assemblée Nationale

Présentation

 

L’Assemblée nationale est l’une des deux assemblées qui, avec le Sénat, composent le Parlement français. Elle a été créée le 17 juin 1789. L’Assemblée nationale compte 577 députés élus au suffrage universel direct. Chaque député est élu dans une circonscription (au nombre de 577 parties). L’Assemblée nationale est élue pour 5 ans. Mais cette durée peut être réduite lorsque l’Assemblée est dissoute par le Président de la République.  Les députés appartiennent généralement à des groupes politiques, représentatifs des principaux partis politiques français. Vous pouvez retrouver sur le site la composition actuelle de l’Assemblée nationale.

Les commissions

Chaque député siège  dans l’une des commissions permanentes et il peut aussi appartenir à une délégation ou à un office d’évaluation.

Quid de notre député ?

 

Sébastien Nadot appartient au groupe politique majoritaire à l’Assemblée Nationale, La République En Marche ! 

Il siège à la Commission des Affaires Etrangères.

Il est le Président du Groupe d’Amitié France-Québec.

La commission des Affaires Etrangères

La commission des affaires étrangères est une des 8 commissions permanentes de la XV e législature. Sa présidente est Marielle de Sarnez. Conformément à l’article 38 alinéa 8 du réglement de l’Assemblée Nationale, les domaines de la commission sont la politique étrangères et européenne les traités et accords internationaux, les organisations internationales, la coopération et le développement, la francophonie et les relations culturelles internationales.

Lettre au ministre des affaires étrangères Jean Yves Le Drian sur l’attaque meurtrière contre des enfants menée par l’Arabie Saoudite à Saada le 9 août

Sébastien Nadot, député de Haute Garonne et membre de la commission des affaires étrangères, a écrit une lettre au ministre des affaires étrangères, Jean Yves Le Drian sur l’attaque meurtrière contre des enfants menée par l’Arabie Saoudite à Saada le 9 août. La France, pays des Droits de l’Homme, ne peut fermer les yeux !

Partagez :

Une révision du délit de solidarité qui ne va pas jusqu’au bout

Lutter contre tout ceux qui exploitent la misère humaine, cela va de soi. La répression pénale en la matière doit être intransigeante vis-à-vis des passeurs de migrants. Ceux qui font commerce des difficultés des autres. En revanche, il n’est pas acceptable qu’un pays comme le nôtre permette que soient interpellés, voire condamnés, des concitoyens qui apportent une aide désintéressée à des migrants qui se trouvent sur le territoire et sont dans une situation de grande détresse

Partagez :

Parce que la fraternité a valeur constitutionnelle, il faut abolir le « délit de solidarité »

Le changement intervenu entre la première lecture et cette nouvelle lecture du texte, à savoir la décision du Conseil Constitutionnel (CC) du 6 juillet 2018 n’a pas permis de supprimer complètement le délit de solidarité. Le CC, qui s’appuie sur la devise de la République : liberté, égalité, fraternité, ainsi que sur le préambule et l’article 72-3 de la Constitution, qui rappellent l’idéal commun de liberté, d’égalité et de fraternité, est très clair : la fraternité est un principe à valeur constitutionnelle

Partagez :

Amnesty Internationale – Ventes d’armes : en route vers la transparence

Désormais, 90 députés, de tous bords politiques, soutiennent l’ouverture d’une commission d’enquête sur les ventes d’armes françaises à la coalition saoudienne. Armes susceptibles d’avoir été utilisées contre les civils dans le cadre du conflit au Yémen.

Partagez :

Question au Gouvernement au Ministère de l’éducation nationale

M. Sébastien Nadot attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale sur la place des langues régionales à l’éducation nationale et le nombre de postes ouverts chaque année au concours d’agrégation de ces langues

Partagez :

« Le cas d’Alexandre Benalla parle de la crise de tout le système politique français » a déclaré Sebastian Nadot à Izvestia.

« L’affaire Benalla » a remis en question l’indépendance du pouvoir judiciaire en France. L’incident avec le conseiller à la sécurité d’Emmanuel Macron, Alexander Benalla, pourrait entraîner des réarrangements au sein du gouvernement français déclare Sébastien Nadot, un membre de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée Nationale de France, membre du parti au pouvoir La République En Marche!

Partagez :

Communiqué : L’Affaire Benalla peut elle servir à quelque chose ?

L’affaire Benalla montre – juste à temps – que la réforme constitutionnelle n’est peut-être pas suffisamment à la hauteur des enjeux démocratiques.

Partagez :

Amendement Loi Asile et Immigration N°182 – Le « délit de solidarité » redevient « délit de passeur » Cécile Rilhac – Sébastien Nadot

La modification proposée est conforme à l’objet de la directive et permet de redonner tout son sens à l’infraction pénale : lutter contre les réseaux de passeurs et l’exploitation subie par les personnes migrantes.
À l’instar de la liberté et de l’égalité, qui sont les deux autres termes de la devise de notre République, la fraternité doit être respectée comme principe constitutionnel par le législateur.

Partagez :

Yémen : la défense blindée de l’Elysée. Canard Enchaîné 18.07.2018

Un article paru le mercredi 18 juillet dans le Canard enchaîné, où l’on parle de l’action de Sébastien NADOT, député et porte-parole du Mouvement des Progressistes, pour obtenir une commission d’enquête sur la vente d’armes aux belligérants du conflit au Yémen.

Partagez :
Partagez :