Désormais, 90 députés, de tous bords politiques, soutiennent l’ouverture d’une commission d’enquête sur les ventes d’armes françaises à la coalition saoudienne. Armes susceptibles d’avoir été utilisées contre les civils dans le cadre du conflit au Yémen. Le 18 juillet, la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, auditionnait M. Luc Mampaey, directeur du Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité (GRIP), sur le contrôle des exportations d’armement des principaux pays de l’Union européenne (UE).

Au cours de celle-ci les élus ont exprimé le désir de voir la transparence renforcée en la matière tout en appelant à un contrôle du Parlement, aujourd’hui inexistant. Dans le même temps, alors que le principe d’une commission d’enquête sur les ventes d’armes aux belligérants impliqués au Yémen reçoit de plus en plus de soutien, les résistances en vue de son examen persistent fortement.

Depuis des années, nous réclamons plus de contrôle et de transparence en matière d’exportations d’armes et nous avons récemment soutenu l’ouverture d’une enquête parlementaire sur les ventes d’armes françaises à la coalition engagée au Yémen. Nous avons donc suivi de près cette audition.

Retrouvez la suite de l’article en cliquant ici

Partagez :